RIF (Raid In France) 2017 – équipe 3

Cette année, 3 équipes de DSN74 ont participé au RIF qui se déroulait en Ardèche

Voici le compte rendu de l’équipe Gravelines Tri DSN74 – Scott Hoka qui finissent 2ième exaequo

Quel beau voyage,
Si on fait bien ce sport, c’est pour ces moments, entre potes dans des coins splendides. L’Ardeche est le terrain de jeu idéal, sauvage à souhait, discret, vallonné, silencieux, loin des pollutions lumineuses et axes de circulation, sauf le Rhone, même là Pascal a su nous en faire découvrir son côté rebelle, ancien.
Des sentiers de partout, du caillou, un Tanargue exigeant mais si beau et ouvrant vers des horizons qui invitent à la prochaine aventure.
Et pour ce coup de bambée nature, j’étais avec 3 bijoux, du nord, des crèmes, qui ont su me supporter, enfin je l’espère, quoiqu’il en soit, ils n’ont jamais craqués, pas comme nos chariots, qui ont lachés dès le premier portage. Là on se disait que ça allait être dur, sachant que le kayak n’est pas la discipline phare du team. On lache beaucoup de temps, d’énergie aussi, un peu d’influx, mais pas trop, ils sont tenaces, coriaces et battant, ces 3 jeunes champions de France. En plus ils écoutent le vieux, qui ne disjoncte pas trop, sauf sur la remontée sur corde, où un baudrier trop light et un sac trop lourd me blesse à la hanche. A spéléo, j’aime, vraiment celle-ci était plaisante, pourtant ce n’est pas ma tasse de thé et je crois qu’avec Jan (the gps suisse) on partage ce point de vue.

La prépa se passe bien, vérif aussi, à Devesset les magnifiques lac et hameau laissent présager que du bon. On retrouve la tribu DSN74 et la famille du raid. Notre gîte et nos giteurs sont au top.
Du coup pour le départ en swim-run orientation on est chaud, même Pauline qui a appris le crawl en décembre. On part devant en vtt, puis vite on se regroupe à 3, un peu comme prévu avec LSN et Naturex. Le jeu s’engage, top, on a trop envie de jouer. La première moitié du raid nous est pas favorable avec beaucoup de bateau et notre probleme de chariot, les cordes aussi ne jouent pas en notre faveur, pas grave on se régale sur ces 2 magnifiques rappels concoctés par la géniale équipe corde du RIF. Puis s’engage la deuxième partie en sortant des sineuses et magiques gorges de l’Ardèche.

Nous repartons sur les plateaux du sud ardèche en passant de hautes clotures et rejoignons le chouette village de Saint Remeze. Ici nous décidons de prendre 5h de sommeil, LSN ne s’est pas arrêté, et Naturex se repose (certainement 3h). Notre choix était d’optimiser le temps de sommeil et donc de faire une 2eme pause longue. Le première fut de 3h le long du Rhone en compagnie de nos 2 teams amis (un peu décalé par l’aide de nos chariots HS). Au milieu de la pause Pauline se réveille et me réveille, je sens que ce qu’elle va me dire est pertinent, lumineux, et que donc ce réveil n’est que tout bénef : « si on fait une pause de 4h au lieu de 5h, on aura le choix sur la fin de course de faire 4h ou 2*2h, si on en prend 5, il nous reste qu’une possibilité 3h », bien sur tu as raison on redécale nos montres. Nous repartons bien revigorrés en pleine nuit de St Remeze sur nos VTT

Ce vtt se passe super bien de nuit, juste une petite chute devant une barrière à vache. Nous arrivons à Voguë pour un canoë bien ludique. Remy nous fait un faux départ sur la section en oubliant le carton de pointage et/ou le road book. On se régale dans les petits rapides et les rayons de soleil sont les bienvenus. Après Balazuc les falaises de l’Ardèche dessinent des personnages, avec Pauline on imagine les fantaisies nocturnes possibles. A Pradons on repart en trail, petite hésitation, puis feu on se met dans le bains, nous traversons l’Ardèche, puis remontons la ligne jusqu’à Uzers, où le facteur sera gratifier d’une double pleine lune, … en plein jour. On finit ce trek par l’ancienne voie ferrée et le GR du tour du Tanargue. A Joannas, nous retrouvons nos vélo et filons direction le Tanargue, puis le col de la Croix de Bauzon et enfin le rocher d’Abraham pour un petit trek avec passage de corde en hommage à Jean Gilly. Nous croisons LSN qui revient de ce trek. A notre retour nous prenons 2h de pause afin d’attaquer la descente de manière lucide et efficace, au moment de dormir c’est Naturex qui arrive. A notre réveil ils sont sur le point de repartir. 20′ après nous quittons Thomas, Gilles et une de leur compagne qui assurent ce CP fort sympathiquement. Après la belle descente menée prudemment nous entamons une immense piste en faux plat montant, nous retrouvons Naturex qui se repose un peu sur le bord du chemin. Plus loin un beau portage nous attend au dessus du mignon village d’astet et ces 50 habitants. a la fin du portage nous rejoignons LSN qui vient de se reposer, à priori nous avons le même nombre d’heure de sommeil. La course peut commencer. On recole puis sur une petite relance de 70m de dénivelé l’équipe décroche et moi j’hésite au passage de la bascule du col, 20′ d’évaporées sur cette jolie passe d’arme. On retrouve le chemin de la descente et quand nous arrivons à la transition, LSN s’apprête à repartir, on sait que nous avons 25′ de retard. On décide de dormir nos 2 dernières heures avant ce long trek.

La tactique est bonne car nous repartons assez frais et fin motivés pour remonter vers le sommet La tour par un chemin à la Pascal Bahuaud. Au sommet on ravitaille, puis on enchaine la crête, on croise Béa pour un sourire et un rapide check matos. Les cols et sommets s’enchainent, Charly fait une belle correction qui nous évite une jolie boulette. La chaleur est harassante, on vise l’ombre, on s’aide, puis arrive la petite pause glace, cerise, boissons de Lachamp Raphael, la boutique a du bien tourner sur les 2 journées. La suite se passe sans encombre on croise Thierry et Bea Glinche, il semble que l’on est à moins de 2h de LSN, et sur la remontée suivante on tergiverse trop et on optimise pas notre trajectoire, rebelote 40′ qui filent.

On pensait récuperer LSN au CP28, avec nos hésitations ils sont partis, certainement 30′ devant, et avec leur repos ça va être dur. On hausse le rythme et on fait 2 mini erreurs puis en arrivant sur le chateau de Brion de nouveau on hésite alors que la balise est juste en-dessous, nos tergiversations nous coutent 40′, on se ressaisit puis on rejoint l’avant dernière transition du raid. Petit problème méca pour moi sur le frein arrière et Naturex revient. Nous partons ensemble puis roulons doucement ensuite fort et de nouveau tranquillement. Sandrine crève, on continue tranquillement puis de manière plus soutenue pour finir ce beau raid. Naturex revient sur nous à 3km de la transition voile et nous décidons de finir ensemble et de passer a ligne d’arrivée tous les 8.

Bravo à LSN, et à toutes les autres équipes, une pensée pour ceux qui ont pris 1,5 nuit de plus, ils sont vraiment costaud. Merci à Pascal, aux bénévoles, à toute son équipe, merci à l’Ardèche et à mes fabuleux coéquipiers, ils ont un talent halucinant.
Je vous embrasse, à bientôt pour les prochaines aventures
Manu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *